• Un peu d'Histoire...

    Le château de Porthos

    Édifié à la fin du 16ème et début du 17ème siècle, ce château, caractéristique de l'architecture du Béarn par l'harmonie de ses proportions et la sobriété de son style.

     

    Il fut l'une des dernières demeures de Porthos (Isaac de Portau), l'un des mousquetaires des romans d'Alexandre Dumas. Porthos est né à Pau en 1617 et nommé mousquetaire en 1643.

    Pour écrire son roman, Alexandre Dumas s'inspire des Mémoires de D'ARTAGNAN -COURTILZ DE SANDRAS, publié en 1701.
    Odile Bordas, auteur du livre sur les manières d'Artagnan et des Mousquetaires (maison d'édition Balzac) rappelle Isaac de Portau, alias Porthos :

     

    Le château de Lanne avec Porthos


    "En suivant le chemin de Mauléon par la vallée de Barétous, nous arriverons à Lanne. Le château situé près de l'église est une demeure digne des mousquetaires de la Garde Royale à cheval! Ici, selon la tradition locale, vivait le plus exubérant de tous, Porthos!

    Isaac de Portau, alias PORTHOS

    Son vrai nom, Isaac de Portau, futur mousquetaire, immortalisé par Alexandre Dumas, est né le 2 février 1617 à Pau. Son grand-père était surveillant des cuisines du Roi de Navarre ; son père, Isaac était secrétaire du roi et des États de Navarre et notaire général de Béarn. Ce dernier fut ennobli après avoir acquis quelques propriétés seigneuriales. Marié en second noce avec Ana D'Arrac de Gan, famille protestante apparentée aux seigneurs de La Force, Isaac père a eu deux fils et une fille: Juan, contrôleur de guerre et secrétaire des États du Béarn; Isaac, le futur mousquetaire, et Jeanne.

    Comme D'Artagnan et Athos, Isaac de Portau a servi comme cadet dans la Garde française dans la compagnie M. des Essarts, beau-frère de Tréville, avant de servir dans la compagnie des Mousquetaires, dirigée par l'influent capitaine.
    Comme Aramis, il se retire du service en 1646, après la dissolution de la compagnie, il se retire dans sa village natale en Béarn. Là, dans ce château de Lanne, Isaac de Portau décida de vivre.

    À l'entrée de la ville, à côté de l'église, à cette époque était la chapelle du château, se trouvait un magnifique bâtiment d'un étage avec des toits en pente très raide. Le château, avec l'harmonie parfaite de ses proportions et la sobriété de son style, a deux tours carrées qui lui confèrent un regard seigneurial. C'est un manoir typique de l'architecture béarnaise, dont les fenêtres arrière incurvées offrent une vue incroyable sur la vallée et le torrent, au loin, à l'horizon, les montagnes.

    Le château, ainsi que les portes et les écluses restent fermés. *
    Le tremblement de terre qui a détruit dans les années 60 la ville voisine d'Arette a détérioré l'intérieur du château, mais il n'a pas perdu son charme. La porte principale et l'escalier méritent que vous vous y arrêtiez !

     

    Au crépuscule, la silhouette puissante du château émerge et vous accueille.
    Au-dessous, sur la route, juste avant la tombée de la nuit, il faut encore entendre l'écho de la dernière cavalcade, ou le retour d'une journée de chasse ...

    A la tombée de la nuit, assis près de la cheminée, il y avait beaucoup de choses à discuter avec M. de Portau. Combien de souvenirs à rappeler! Des souvenirs de ses vieux camarades, de ceux qui ne sont plus ses camarades ... Athos ... et beaucoup d'autres ...! Il se souvenait des jours de bataille sans fin dans les plaines du nord dévastées par la guerre et la mort, si fréquentes à cette époque ... le retour au pays avec ceux rencontrés sur le chemin, ceux qui étaient revenus, plein de souvenirs ... Tréville, Son vieux capitaine; Aramis, le voisin ... Paul de Castelmore, couronné par ses propres réalisations et la gloire de son frère ...!


    * Ce texte est antérieur à la restauration du château en 2005